Une vague d’ardoise couvre les Kensington Gardens à Londres

Une vague d’ardoise, de la main de l’architecte japonais Junya Ishigami, couvre les Kensington Gardens à Londres pour la 19e édition du pavillon de la Serpentine Gallery.

Junya Ishigami aime évoquer, pour décrire son pavillon, les « shakkei », jardins japonais où le paysage qui se découpe en arrière-plan se fond en-même temps avec celui du jardin. Il voulait en faire de même dans les Kensigton Gardens, le toit de la Serpentine Gallery émergeant derrière la mer d’ardoise du pavillon. Une série de fins poteaux vient soulever un large toit ondulant de 62 tonnes, sur lequel s’empilent des plaques d’ardoise de Cumbria. « Je voulais créer un pavillon qui semble ancien, primitif. (…) On trouve des toits en ardoise partout dans le monde, comme ça, tout ceux qui viennent ici pourront s’identifier à cette forme basique, archétypale ».

Les élans poétiques de l’architecte ont toutefois été freinés par la législation locale, les désillusions de ce genre devenant habituelles pour les japonais venant construire en Europe. Il a fallu augmenter le nombre de colonnes et ajouter des murs de contreventement en polycarbonate qui viennent altérer la fluidité de l’espace, voulue initialement par l’architecte.

Serpentine Pavilion 2019 Designed by Junya Ishigami, Serpentine Gallery, London (21 June – 6 October 2019), © Junya Ishigami + Associates, Photography © 2019 Norbert Tukaj

Serpentine Pavilion 2019 Designed by Junya Ishigami, Serpentine Gallery, London (21 June – 6 October 2019), © Junya Ishigami + Associates, Photography © 2019 John Offenbach

Serpentine Pavilion 2019 Designed by Junya Ishigami, Serpentine Gallery, London (21 June – 6 October 2019), © Junya Ishigami + Associates, Photography © 2019 John Offenbach

 

Serpentine Pavilion 2019 Designed by Junya Ishigami, Serpentine Gallery, London (21 June – 6 October 2019), © Junya Ishigami + Associates, Photography © 2019 Iwan Baan

Figure majeure et singulière de la jeune scène architecturale japonaise, Lion d’or à la Biennale d’architecture de Venise en 2010, Junya Ishigami est l’auteur d’une œuvre conceptuelle et poétique dans laquelle le paysage tient une place prépondérante. Dans ses oeuvres architecturales qu’il compare volontiers à des paysages, des nuages ou des forêts, Junya Ishigami fait disparaître la frontière entre environnement extérieur et espace intérieur. Puisant son inspiration dans la nature et revendiquant une part de rêve dans ses créations, il érige la délicatesse au rang de vertu.

www.serpentinegalleries.org

%d blogueurs aiment cette page :