Roubaix / Un nouveau jardin public

Situé à Croix, ville voisine de Roubaix, un lieu au patrimoine architectural et paysager remarquable, le nouveau parc urbain Mallet-Stevens est un endroit privilégié de 2,5 ha pour l’accueil et la découverte.

 

Son nom fait référence à l’architecte Mallet-Stevens, figure du courant moderniste au début du XXeme siècle et concepteur de la villa Cavrois toute proche, un chef d’œuvre architectural.

Inauguré au printemps 2016, il fut conçu par l’Agence URBAFOLIA Architectes paysagistes & Urbanistes de Villeneuve d’Ascq. Sa situation en impasse a incité ses concepteurs à prolonger la structure urbaine de la ville de Croix, par le biais d’une large allée fleurie alignée sur l’axe de la rue du Président Robert Schuman et ainsi marquer la perspective.

Son tracé général s’inspire de celui du jardin de la Villa Cavrois. Des cheminements guident le visiteur vers l’espace paysager tandis que l’allée principale aménagée en zone de repos mène vers un théâtre de verdure.  Ce dernier peut accueillir divers spectacles, concerts et activités de loisirs.  Le vaste parvis en béton blanc s’étend sur toute la longueur de l’entrée du parc en y incluant les fonctions nécessaires (aire de stationnement, gestion des flux des visiteurs, etc…).

La clôture ondulante composée de mâts et d’une maille fine imperceptible fait partie intégrante de l’aménagement et accompagne une zone écologique humide bordée de gabions; celle-ci reçoit les eaux pluviales du jardin. Cette ouverture originale invite le passant à pénétrer dans ce jardin jonché de surprises.

 

Un circuit pédagogique

Afin d’assurer un rôle pédagogique, la partie droite de la grande allée se compose de quatre jardins à thème : le jardin aquatique et sa zone humide, le jardin des simples, le jardin agricole et le jardin des senteurs. Chacun d’eux est séparé, l’un par une palissade à panneaux didactiques, les autres par des berceaux. Construits en bois ou métal, ils s’étendent en vastes galeries et servent de supports aux diverses plantes grimpantes. Un de ces berceaux, appelé “drôle de carré”, dont l’étonnante structure est construite en bois azobé, réalisé par l’entreprise wasquehalienne Bois et Loisirs, fait l’admiration des visiteurs.

Des parcours ludiques, de même qu’une plaine de jeux, ont été prévus à l’intention des enfants des écoles.  L’un de ces parcours fait référence à l’architecte Mallet-Stevens.

Les architectes paysagistes ont mis l’accent sur la valorisation de la biodiversité. Cette sensibilité à l’écologie est traduite par une gestion différenciée du site et la volonté de sensibiliser le public à la préservation de l’environnement.

La Villa Cavrois

Le parc qui entoure la villa Cavrois a été dessiné par Mallet-Stevens. Héritier des jardins réguliers du XVIIe siècle, le parc offre par ses allées et son miroir d’eau un prolongement des lignes et des dimensions de la villa. En cela, il forme un véritable écrin qui magnifie le bâti. S’étendant à l’origine sur 5 hectares, le parc est aujourd’hui amputé de plus de la moitié de sa superficie qui a été lotie dans les années 1990. Heureusement, la partie centrale et le miroir d’eau, véritable point d’équilibre du parc, ont pu être restaurés permettant de retrouver la composition et l’esprit de l’œuvre de Mallet-Stevens. Long de 72 mètres, le miroir d’eau s’inscrit dans le prolongement du grand hall et de l’allée circulaire au Nord. Trop visible depuis le ciel, le miroir d’eau a été comblé par les Allemands durant l’occupation de la villa. À l’occasion de la réfection du parc, il a été remis au jour et entièrement restauré.

 

%d blogueurs aiment cette page :