Nos villes : déserts écologiques ou hauts lieux de la biodiversité ?

La préservation de la biodiversité est nécessaire pour atténuer le dérèglement climatique et même prévenir les pandémies, selon les conclusions d’António Guterres, le Secrétaire général de l’ONU. Dans un nouveau rapport Urban Insight, Sweco explique comment, grâce à l’urbanisme, nos villes peuvent faire partie de la solution.

« Par l’interconnexion de l’aménagement du territoire, de l’infrastructure, de l’architecture et des bâtiments en vue d’exploiter leur plein potentiel pour maximiser les services écosystémiques dans ces structures urbaines, nous pourrions accroître à la fois la diversité et le bien-être», affirme Tarja Ojala, écologiste et l’une des auteurs du rapport dans ses conclusions. Les avantages d’une telle démarche peuvent être immenses. Par exemple, disposer des arbres correctement autour des bâtiments pourrait limiter l’utilisation du conditionnement d’air de 30% et réduire la consommation d’énergie de 20 à 50%.

Les urbanistes doivent laisser la biodiversité locale des arbres, buissons, points d’eau, parcs et jardins s’intégrer naturellement dans le paysage urbain de façon à promouvoir le bien-être, tant des humains que de la nature. La végétation offre aux animaux des aires de repos et sites de reproduction, atténue le bruit, ombrage, réduit les effets des canicules et prévient le changement climatique.

Plus d’info

%d blogueurs aiment cette page :