Les robots de tonte : un marché qui bouge

De nombreuses nouveautés sont introduites sur le marché des tondeuses robotisées. offrent aujourd’hui une solution dans un secteur qui a de plus en plus de mal à trouver de la maind’oeuvre qualifiée. Ces machines garantissent un résultat parfait et constituent une alternative aux carburants fossiles polluants.

Une image moderne et respectueuse de l’environnement

« Le professionnel a compris les avantages de la tonte robotisée, et la considère de plus en plus souvent comme une extension lucrative de son offre de services », explique Bart van Hal (Husqvarna). « Les robots de tonte offrent une solution à la transition énergétique car ils utilisent de l’électricité, sans rejeter d’émissions et sans faire de bruit. En outre, ils sont bien pratiques pour faire face à la pénurie de bons jardiniers qualifiés, laquelle nécessite une utilisation efficace du temps. Avec un robot de tonte, le client a de plus la garantie d’un gazon de qualité constante. C’est une bonne publicité : l’herbe présente une longueur constante et une densité particulièrement élevée. Le client y trouve lui aussi son compte. Son gazon est tondu sans faire de bruit pour tout le voisinage toutes les deux semaines et sans aucune émission de gaz d’échappement. Enfin, certains clients comme les hôtels, villages de vacances mais aussi bureaux nous confient que la présence d’un robot dans le jardin est positive. Un robot de tonte dans le jardin donne d’une organisation une image moderne et respectueuse de l’environnement. »

« C’est vrai que les robots de tonte sont durables », explique Koen Driesmans (EuroGarden). « Nous pouvons dire que leur coût économique réduit, leur longue durée de vie et le fait qu’ils permettent de déployer efficacement le personnel pour autre chose permet généralement d’amortir l’investissement dans les deux ans. »

Plus de tondeuses robotisées, moins de tondeuses autoportées et poussées

Selon l’EGMF (European Garden Machinery industry Federation), la vente des tondeuses autoportées et poussées est en recul, tandis que la part des robots de tonte va croissant depuis 2013. « On note de toute évidence un recentrage du marché des tondeuses », assure Geoffrey de Bloeme (Yamabiko Europe). « Le niveau de confiance dans les robots a considérablement augmenté, auprès des particuliers comme des professionnels. »

« Nous remarquons que de plus en plus d’entrepreneurs paysagistes se laissent séduire par un robot de tonte », ajoute pour sa part Luk Hendrickx (Stihl). « De gros clients finaux comme les administrations communales, les gestionnaires de parcs et terrains de sport,… s’intéressent eux aussi de près à la tonte automatique de grandes surfaces. »

« Nous voyons aussi que l’utilisation du robot est de plus en plus souvent prévue dès la conception du jardin, et que le gazon est adapté à cet usage. Le plus important est que l’entrepreneur paysagiste puisse évaluer dès la phase de conseil les possibilités offertes par un robot de tonte. Une fois cela fait, le jardin peut être adapté au robot de tonte pour obtenir un résultat optimal. Qui plus est, un robot améliore la qualité du gazon. L’ajout constant de nutriments permet d’obtenir un tapis gazonné plus fort et plus dense, et limite la croissance des adventices. »

« Enfin, la possibilité de tondre sans souci est un argument important en faveur du robot de tonte. L’entrepreneur de jardinage reste lié au client et doit au moins repasser deux fois par an pour enlever le robot et le remettre après l’entretien, même s’il ne se charge pas du reste du jardin. Lorsqu’il est présent, il peut souvent conseiller le client pour autre chose. Réaliser ultérieurement ce qui a été conseillé constitue une opportunité de créer du chiffre d’affaires supplémentaire. Je pense que de nombreux jardiniers professionnels réalisent de plus en plus que le robot de tonte ne diminue pas le travail, mais l’augmente au contraire. »

Conseils pour l’achat d’un robot de tonte

« Le marché continue en effet de croître et il reste du potentiel auprès des consommateurs qui ne savent pas que cette solution de tonte existe », confirme Alwin van der Pluym (Gardena, Flymo). « Le bémol, c’est la guerre des prix déclenchée par les produits de mauvaise qualité provenant notamment de Chine. Leur prix est certes intéressant, mais le résultat n’est souvent pas au rendez-
vous. »

Selon van der Pluym, il est important de tenir compte de la surface à tondre lors de l’achat d’un robot. « Il faut en outre bien étudier la forme du gazon (dévers, passages difficiles, etc.) et sélectionner des machines capables de se faufiler ou d’évoluer en pente. Nous avons par exemple lancé la fonction Spotcutting, qui permet de tondre l’herbe haute aux endroits où un trampoline a été installé, par exemple. En outre, le CorridorCut permet de tondre des zones étroites entre deux surfaces plus importantes. »

Selon Vanessa Vanherpen (MTD Products, qui propose les robots de tonte Wolf-Garten, Robomow et Club Cadet), le jardinier professionnel choisira de préférence un modèle adapté à la taille du gazon du « client moyen ». « Choisissez également un modèle qui permet de gagner du temps, par exemple nos modèles Cub Cadet Enduro, qui tondent jusqu’à 10 % plus vite. Une fonction de tonte de l’herbe haute et un modèle silencieux qui n’importune pas les voisins sont également bien pratiques. Le plus important est cependant de choisir une finition robuste et des matériaux durables qui résistent aux chocs, de grandes roues et des robogrips pour une traction, une agilité et une adhérence meilleures sur sol mouillé, et des couteaux plus larges que les roues pour des bordures parfaitement coupées. Optez pour des couteaux en acier inoxydable haut de gamme et un couteau mulching qui broie très finement l’herbe. Dernier conseil : examinez les possibilités de connexion et la présence d’une télécommande Bluetooth Remote Controls pour faciliter l’utilisation. »

Demandez conseil au fabricant

« En tant que constructeur, vous devez également veiller à que l’entrepreneur paysagiste qui souhaite proposer des robots de tonte puisse obtenir chez vous les conseils d’un spécialiste expérimenté », explique Bart van Hal (Husqvarna). « C’est pour cela que nous avons nos propres Professional dealers, qui travaillent avec les robots depuis des années déjà. Ils sont de véritables partenaires et recherchent avec l’entrepreneur de jardinage la solution la mieux adaptée. Sur le plan professionnel, la nouveauté réside souvent dans l’offre de nouvelles possibilités pour les terrains moins plats ou pour les gazons en dévers ou sur une berge. Cela offre des applications très spéciales. Nos machines sont par exemple utilisées sur les toitures végétalisées inclinées du Corda Campus de Hasselt. Mais les robots de tonte seront de plus en plus utilisés aussi dans les espaces publics. Cette évolution constitue assurément une tendance que nous suivons de près. »

Les robots de tonte pour des grandes superficies

Aujourd’hui, les superficies qui peuvent être tondues avec un robot ne connaissent pour ainsi dire plus de limites. Echorobotics a offert un bon exemple des superficies que ces machines peuvent réaliser. Son TM-2000 à cinq plateaux de coupe flottants offre une capacité de tonte allant jusqu’à 24.000 m². « Le robot dispose de cinq sonars, de capteurs de recul et de soulèvement et d’un antivol. Grâce à la navigation GPS optimisée, il peut également se faufiler dans les passages étroits », assure de son côté Koen Driesmans (EuroGarden). « Ces robots de tonte sont en outre très durables et leurs émissions de CO2 extrêmement réduites. Tous les robots fonctionnent sur batteries et peuvent se recharger sur une station de rechargement fonctionnant de préférence à l’énergie solaire. »

www.husqvarna.com
www.eurogarden.be
www.echorobotics.com
www. egmf.org
www.yamabiko.eu
www.stihl.be
www.gardena.com
www.mtd-benelux.nl


Texte : Jan Hoffman

%d blogueurs aiment cette page :