Les arbres urbains poussent plus vite mais meurent plus jeunes

Une étude récemment publiée menée aux Etats-Unis révèle que les arbres en ville poussent plus rapidement en milieu urbain qu’en milieu rural mais meurent aussi plus jeunes, ce qui impacte l’effet des projets de végétalisation en faveur du changement climatique.

Les villes mettent en œuvre des solutions basées sur la nature pour favoriser le développement durable urbain et contrer les impacts environnementaux négatifs liés à l’urbanisation. Parmi ces actions figurent l’augmentation de la «canopée urbaine» par la plantation d’arbres. Or, la dynamique écosystémique des arbres en ville n’est pas la même que celle des arbres en forêt. C’est pour cette raison que des chercheurs de l’Université de Boston (Etats-Unis) ont analysé la croissance, la mortalité d’arbres plantés en ville, et utilisé un modèle de prévision à court terme selon différents scénarios comparés à des arbres plantés en zone rurale (forêts).

Les résultats indiquent que la croissance des arbres en milieu urbain est plus rapide qu’en milieu rural mais le taux de mortalité est plus élevé, ce qui réduit l’effet de stockage du Co2. L’étude explique que les initiatives visant à accompagner l’établissement de l’arbre en ville et la préservation de sa santé sont essentielles au développement des services écosystémiques et à la limitation du changement climatique.

Source: Val’Hor

%d blogueurs aiment cette page :