Les arbres d’Alexandre Hollan / L’invisible est le visible [VIDEO]

En décembre 2018, le musée Fabre rend hommage à Alexandre Hollan. Au début des années 80, l’artiste hongrois trouve dans la garrigue languedocienne, près de Montpellier, le cadre de son atelier en plein air. Depuis, chaque année à la belle saison, au milieu de ses arbres, il y travaille un sujet essentiel, s’inscrivant ainsi dans une longue filiation artistique : l’expression du lien originel entre l’Homme et la Nature, dont il restitue dans son œuvre les silences et les vibrations.

 

Depuis les années 70, il consacre son œuvre à deux motifs exclusifs : les arbres et les natures mortes, qu’il préfère nommer « vies silencieuses ». Il partage alors son travail entre ces vies silencieuses, à Paris, et les arbres qu’il peint en été́ depuis son mas de Gignac, dans le Languedoc. Tout au long de son œuvre, Alexandre Hollan ne cesse de s’interroger sur la perception des choses, prépondérante dans son acte de création, situé entre : « Je cherche quelque chose que je ne vois pas » et « Je suis ce que je vois » selon les mots précis de l’artiste, également poète.

 

Le peintre des arbres

Accompagnons quelques instants le peintre Alexandre Hollan dans ses approches des mondes de ses peintures: les arbres autour de son maset du Languedoc, et les « vies silencieuses » plutôt que natures mortes, qu’il peint dans son atelier parisien. Cette vidéo de 2002 se termine par l’exposition à la Galerie Vieille du Temple.

 

Chemins d’arbres

 

Retrouvez le livret de l’exposition HOLLAN – L’invisible est le visible ici.

%d blogueurs aiment cette page :