La proximite des espaces verts reduirait les risques de décès prematures

Une étude internationale menée en collaboration avec l’Organisation Mondiale de la Santé révèle que la proximité des espaces verts est associée à des risques plus faibles de décès prématurés. Les auteurs d’une autre étude publiée récemment sur le cancer de la prostate recommandent le jardinage et la marche pour maintenir une activité physique et réduire ainsi le risque de cancer.

L’Institut de Barcelone de la Santé Mondiale (ISGlobal), l’Université du Colorado et l’Organisation Mondiale de la Santé ont collaboré à la réalisation de la plus grande étude du genre sur la présence d’espaces verts et les cas de décès prématurés. En analysant les données de plus de 8 millions d’individus à travers le monde, les chercheurs ont trouvé que la présence d’espaces verts à proximité des lieux d’habitation était fortement associée à moins de décès prématurés, quelle que soit la cause. De plus, la quantité de présence de végétal a un rôle considérable : plus il y a de présence de végétal à 500 mètres de la maison, plus la réduction de décès prématurés est forte, avec une réduction de 4% pour chaque augmentation de 0,1 unité de végétation observée via les images par satellite.
Par ailleurs, une équipe composée de chercheurs du Fonds Mondial de Recherche contre le Cancer et Cancer Research UK a mesuré l’activité physique de 79.149 hommes ayant un cancer de la prostate et 61.106 sans. Les scientifiques ont observé, pour chaque personne, les variations des séquences ADN qui informent du niveau d’activité, au lieu de se baser sur les déclarations des individus sur leur style de vie.
L’étude, portant essentiellement sur les personnes âgées de plus de 50 ans, indique que les personnes les plus actives ont 51% moins de risques que les autres de développer un cancer de la prostate. «Nos résultats suggèrent que l’activité physique favorise la réduction des risques de cancer de la prostate. Il n’est pas nécessaire de faire une activité intense ou de pratiquer des sports d’équipe, mais juste de bouger régulièrement. Être actif peut consister par exemple à jardiner, marcher ou pratiquer d’autres activités qui peuvent s’inscrire dans une habitude quotidienne.», explique le Dr Sarah Lewis, auteur principal de l’étude.

Source : valhor.fr

%d blogueurs aiment cette page :