Domaine de Freÿr : une restauration patrimoniale et environnementale

Assurer la pérennité de l’un des plus beaux sites de Wallonie, tout en réduisant son empreinte environnementale : tel était l’ambitieux objectif du projet ‘Château Zéro Émissions’ lancé en 2012 par l’asbl Domaine de Freÿr, avec le soutien du Fonds Laubespin Lagarde, géré par la Fondation Roi Baudouin. Après près de 10 ans de recherches, d’études et de travaux, les bâtiments sont restaurés, leur performance énergétique améliorée et leurs eaux usées purifiées. Les paysages alentours retrouveront peu à peu leur authenticité d’autrefois, grâce au retour à un pré-verger. Un projet de restauration unique, qui combine patrimoine architectural, écologie et économie locale.

 

Il est assez rare, dans un projet de restauration, d’arriver à concilier objectifs patrimoniaux et environnementaux. C’est pourtant le pari relevé par l’asbl Domaine de Freÿr, soucieuse d’assurer la pérennité de ce site exceptionnel, classé au Patrimoine majeur de Wallonie, dans un esprit de développement durable. Une volonté née d’une réflexion initiée par le Fonds Laubespin Lagarde, qui a précisément pour objectif de soutenir la conservation, la restauration et la mise en valeur du Domaine de Freÿr, l’un des fleurons touristiques de la Haute Meuse.
L’originalité de ce vaste projet de restauration réside dans son approche holistique : le patrimoine architectural n’est pas considéré comme un élément isolé ; le site dans son entièreté (château, mais aussi jardins et paysages alentours) est pris en considération. Entre 2017 et 2021, d’importants travaux touchant aux différents aspects du domaine et impliquant la collaboration de nombreux acteurs ont ainsi été réalisés avec le soutien du Fonds Laubespin Lagarde et les services publics de Wallonie (Agence wallonne du Patrimoine et Programme wallon de Développement rural), pour un montant total de près de 1,5 millions d’euros.

Pré-verger : un atout pour la biodiversité

Une étude paysagère a été menée sur la base de documents historiques (photos et cartes postales d’époque, notamment). « L’étude a révélé que le coteau – boisé durant des décennies – était à l’origine occupé par des vergers constitués de fruitiers à haute-tige », commente Denis Miraillé, ingénieur paysagiste. « Nous avons voulu retrouver le caractère semi-ouvert de cet espace en remplaçant le bois par un pré-verger pâturé. Son entretien naturel est assuré par une vingtaine de moutons, appartenant à un éleveur local. »
Après abattage, évacuation des bois et dessouchage, les parcelles concernées ont été réensemencées afin d’en contrôler la composition floristique, puis replantées de fruitiers haute tige : pommiers, poiriers, pruniers, cerisiers. « Cette ‘reconquête paysagère’ s’accompagne en outre d’une diversification de l’économie du site : les productions de fruits seront valorisées sous forme de jus, avec convention avec une cidrerie locale », précise encore Denis Miraillé.
Le pré-verger revêt également un intérêt écologique majeur : « C’est un biotope très intéressant pour la biodiversité, un milieu favorable à de nombreuses espèces animales : insectes pollinisateurs, oiseaux cavernicoles, petits mammifères… », explique Mathieu Halford, conseiller Natura 2000 chez Natagriwal. Sans parler des colonies de chauves-souris présentes à Freÿr : « Le pré-verger constitue un habitat et un terrain de chasse privilégiés pour le Grand rhinolophe et le Vespertilion à oreilles échancrées, deux espèces rares et menacées. Il est particulièrement bien situé car il se trouve à côté de la ‘maternité’ des chauves-souris : les combles de la grange du château, où a lieu la mise bas. C’est précieux pour le maintien de ces espèces. »

Plus d’info: kbs-frb.be

%d blogueurs aiment cette page :