Annecy Paysages 2020 [VIDEO]

Jusqu’au 27 septembre 2020, Annecy devient l’écrin du festival à ciel ouvert Annecy Paysages. Installées dans les rues de la ville, nichées dans les parcs ou dispersées sur le lac, 27 installations, plastiques ou végétales, égayent la ville.
Artistes plasticiens, architectes et paysagistes interprètent l’espace urbain et paysager d’Annecy, entre lac et montagnes. Les oeuvres nous sensibilisent, à travers des créations souvent poétiques, à la place de la nature et de l’art en milieu urbain, et à la question de l’équilibre entre ville et nature. Au programme, des noms particulièrement évocateurs tels que : Plante un banc, Place aux vers, Wave of Rainbow, Breathing Lotus Flower, La Haie d’honneur…

Qu’elles fassent appel à la végétation, à l’artisanat ou encore à la technologie, les créations réalisées pour Annecy Paysages ont su trouver leur public dès la première édition du festival. Ainsi, certaines œuvres font désormais partie du décor, les Annéciens se les étant entièrement appropriées. Les visiteurs et autres curieux y porteront néanmoins un regard neuf et pourront en apprécier le sens et la poésie.

Parmi les œuvres à redécouvrir, celle du coréen Choi Jeong Hwa, « Breathing Lotus Flower », installée devant l’Hôtel de ville, les sphères colorées d’Elsa Tomkowiak, qui flottent sur le lac, ou encore « Walden Raft », une drôle de petite cabane posée sur l’eau.

 

 

Parmi les nouveautés à découvrir cette année, le « Wicker Pavilion » du letton Didzis Jaunzems. Installée dans les Jardins de l’Europe, cette œuvre offre un véritable espace de détente au cœur de la ville. A travers son design contemporain, la structure en bois fait aussi la part belle à l’artisanat et au savoir-faire traditionnels, puisque pas moins de 260 paniers en osier, tressés à la main, recouvrent cette arche qui joue artistiquement avec la lumière et les rayons du soleil.

 

« L’Origine » du néerlandais Will Beckers, propose un étonnant retour aux sources avec son drôle de coquillage en métal, dans lequel on entend les battements d’un cœur…

 

A découvrir aussi, quatres installations de l’artiste belge Bob Verschueren.
« Les Trois-mâts », une embarcation plantée de trois arbres, inspirée de l’Arche de Noé, et qui questionne sur la place de la végétation, et de son sauvetage, dans un monde où la nature souffre chaque jour un peu plus.

“Implantations” est une cité pour oiseaux, une sorte d’ « arbre-immeuble » utopique constituée d’une multitude de nichoirs. Une vision poétique absurde car les oiseaux ne se regroupent pas comme les êtres humains. Cette installation fait écho aux migrations régulières des oiseaux mais aussi à celles des hommes.

La Haie d’honneurs est composée de 10 arbres assemblés deux à deux, plantés dans la terre, racines en l’air. Ils forment ensemble une haie enjambant une allée des Jardins de l’Europe. L’artiste transforme les arbres morts des forêts d’Annecy en œuvre d’art hommage au public qui est invité à traverser l’installation.

« Question de sommets » ou comment lier le thème des sommets naturels à celui des sommets sportifs. Armés de flèches, trois arcs géants sont orientés vers les montagnes alentours. Un arc géant pour propulser des arbres… à 4000 mètres d’altitude. Au-dessus de cette limite, seul le minéral est présent. Pour contrer l’inexplicable, il invente une légende abracadabrante : ce tir à l’arc permettrait aux arbres de se propulser vers les sommets !

 

 

Photos: Annecy-paysages

www.annecy-paysages.com

%d blogueurs aiment cette page :