Robrecht Bothuyne sur l’importance du secteur horticole

« Le secteur du jardin est plus important que jamais. Non seulement en raison du nombre croissant d’entreprises, d’indépendants et de salariés, mais aussi parce que le secteur peut jouer un rôle important dans trois défis actuels », dit Robrecht Bothuyne (Député Flamand, CD&V) dans l’Annuaire 2021.

Dans l'Annuaire 2021 de CG Concept, Robrecht Bothuyne (Député Flamand, CD&V) parle sur l'importance du secteur horticole.
© www.vlaamsparlement.be

#1 : Le secteur horticole est un secteur de croissance

Tout d’abord, il y a la reprise de l’économie : le secteur horticole est un secteur de croissance. Grâce à ce dynamisme et au chômage qui existe actuellement, les personnes qui perdent leur emploi ailleurs peuvent rapidement retourner travailler dans l’horticulture, à condition que la formation nécessaire soit assurée. Le VDAB a un rôle important à jouer dans ce domaine, en collaboration avec le secteur. Les entreprises horticoles doivent également continuer à signaler leurs postes vacants au VDAB, c’est la seule façon de les faire connaître.

#2 : La gestion de l’espace ouvert

Deuxièmement, la gestion de l’espace ouvert est un thème très actuel. Et il ne s’agit pas seulement du domaine public ou de la campagne. Il s’agit aussi de plus en plus d’adoucir les jardins privés, de faire face à la sécheresse et de planter des plantes résistantes au climat, de planter de la verdure et des arbres en fonction de la ventilation et du refroidissement, etc. Le plus grand défi de l’humanité, le changement climatique, ne peut exister sans le secteur horticole. Cela peut être utilisé pour profiler le secteur comme un employeur attractif.

#3 : La pénurie sur le marché du travail

Cela m’amène au troisième défi : la pénurie sur le marché du travail. Pour la première fois dans l’histoire de ce pays, il y a plus de personnes qui prennent leur retraite que de jeunes qui entrent sur le marché du travail. La bataille pour le talent sera donc menée à la pointe du progrès. Cette bataille commence tôt : en introduisant l’apprentissage sur le lieu de travail, par des stages et la formation en alternance, et plus largement dans l’enseignement ; le secteur doit se faire connaître auprès des jeunes.

Le VDAB va également mettre en place un plan linguistique : un demandeur d’emploi sur cinq ne parle pas le néerlandais ou ne le parle que peu. Trop de talents restent inexploités ici. Ici aussi, il y a un afflux potentiel pour le secteur. « Tout le monde sur le pont ». C’est le nom du nouvel accord social entre le gouvernement flamand et les partenaires sociaux. Et, « Tout le monde sur le pont », cela s’applique certainement aussi au secteur du jardin !

www.bothuyne.be

Commandez l’Annuaire 2021 ici !
%d blogueurs aiment cette page :